Trouver un investisseur
Publié le 3 Février 2022 à 13h49 - 293 visites

Pourquoi choisir la loi Girardin industriel outremer pour défiscaliser ?

Sol, Labourer, Fermier, Tracteur

 

Nombreux sont ceux qui ignorent encore l’existence de ce dispositif dont la principale vocation est la réduction de l’impôt sur le revenu du souscripteur. Il ne s’agit pas d’un outil classique de défiscalisation : la loi Girardin industriel en effet se distingue par ses particularités propres, dont la possibilité pour le souscripteur de gagner plus que sa mise de départ, mais sous forme de réduction fiscale : tout le mécanisme avec le spécialiste Profina.

Prenons un exemple pour illustrer concrètement le fonctionnement de ce dispositif : Monsieur B est un contribuable français résidant à Paris. Il est fortement imposé et souhaite gommer 3000 euros d’IR. Après avoir consulté son conseiller en gestion de patrimoine, celui-ci se tourne vers la loi Girardin industriel dont la totalité des opérations sera exécutée en outremer. Le spécialiste Girardin avec qui Monsieur B est en contact propose alors d’investir dans une entreprise agricole située en Martinique.

Rappelons que seuls quelques secteurs d’activité sont éligibles au dispositif et qu’il vaut mieux confier le choix de l’entreprise exploitante au monteur de dossier Girardin qui est en connaissance des réalités économiques sur terrain, de même que de la santé financière de ladite entreprise. Important puisque c’est sur cette dernière que repose entièrement la sécurisation du montage, dont la durée est obligatoirement de 5 ans.

Après simulation, et par rapport à son objectif de défiscalisation de 3000 euros, Monsieur B injectera alors 2710 euros dans l’investissement requis pour soutenir l’entreprise agricole en Martinique. Il aura gagné 110% en réduction fiscale puisque sa défiscalisation couvre la totalité de sa mise, et même plus.

En ce qui concerne l’investissement, il porte sur le financement d’un tracteur qui sera loué par l’entreprise. Ledit financement sera complété par cette dernière elle-même, ainsi qu’un établissement bancaire qui accorde un crédit à hauteur de 55% du montant total du coût du matériel. La fin du montage se traduit par l’achat par l’entreprise qui l’inclut définitivement dans son patrimoine.